1. Informer la pensée et lutter contre le péché qui nous enveloppe si facilement

Paul Wells

Le fait d’être chrétien transforme notre vie. Nous avons un passé qui est vraiment passé, un présent qui présente des défis et un avenir d’espérance qui s’ouvre mais qui soulève aussi des incertitudes. Mais comment cela change-t-il nos attitudes, pensées, émotions et projets? Quelle est notre vision du monde en tant que croyants, et comment regardons-nous notre rôle dans nos relations humaines? Si nous avons une image transformée de nos propres vies, il existe aussi des obstacles contre lesquels nous luttons. Il faut savoir discerner la nature de ces difficultés et comment nous pouvons les surmonter. Sans parler trop facilement de la sainteté ou de la sanctification, nous pouvons avoir une vision positive de notre consécration au service de Dieu, et de nos prochains.

2. Culte et louanges « évangéliques » ?

Jonathan Spencer

À quoi sert réellement la rencontre de l’Église le dimanche ? S’agit-il d’un « culte », de « louange » ou encore d’« adoration » ? Comment laisser l’Évangile transformer notre réflexion et notre pratique dans ces domaines qui génèrent tant de débats, voire de tensions ? Voici les questions auxquelles nous réfléchirons pendant l’atelier, avec à la fois un regard attentif sur le texte biblique et des pistes concrètes pour (re)mettre l’Évangile au centre de chacune de nos rencontres.

3. Persévérer dans le ministère : survivre ou progresser

Étienne Grosrenaud et Brad Dickson

Développement spirituel
Avancer dans ma relation à Dieu qui doit constamment évoluer dans le sens de l’intimité. Soigner la « grande priorité » (Luc 10.20).

Développement personnel
Avancer dans la compréhension de mon vécu et de mon fonctionnement, dans mes capacités relationnelles, dans mon mariage et ma famille, dans ma relation au prochain, progresser dans « l’être »

Développement professionnel
Avancer dans mes connaissances théologiques, dans mes connaissances des outils utiles dans le ministère (techniques, informatiques, psychologiques, sociologiques …). C’est aussi quelquefois se déplacer, changer d’Église ou de type de ministère …

4. Annonce de l’Évangile et actions en faveur des pauvres : quelles articulations ?

Daniel Hillion

La question des liens entre l’annonce de l’Évangile et les actions en faveur des pauvres a provoqué des discussions et des débats (parfois houleux) entre chrétiens évangéliques ces dernières décennies tant sur le plan théologique que pour la mise en œuvre en pratique. Qu’est-ce qui devrait caractériser la façon dont le chrétien s’engage face à la pauvreté ? L’évangélisation devrait-elle être sa priorité ou devrait-il prendre garde à ne pas instrumentaliser l’action sociale au profit la communication du message biblique ?  Le chrétien devrait-il chercher à changer les structures de la société ? L’atelier sera l’occasion de réfléchir à ce type d’interrogations, de chercher des principes bibliques et théologiques pour y répondre, de souligner aussi la diversité de vocations et d’occasions de confesser le nom du Christ et de faire le bien dans lesquelles nous pouvons nous trouver.

5. L’Église en marche : développer une culture d’évangélisation

Philippe Monnery

Si nous affirmons facilement que la responsabilité de l’évangélisation est du ressort de chaque chrétien, l’observation de nos Églises montre souvent une réalité bien différente. L’évangélisation, loin d’être au cœur de notre vision, est souvent vue comme une activité parmi tant d’autres réservée à quelques motivés. Est-ce vraiment ce que Jésus avait en tête lorsqu’il a envoyé ses disciples ? Est-ce possible de ramener l’évangélisation au cœur de nos Églises pour voir des communautés missionnaires se développer ?

Après avoir défini la nature de l’évangélisation et réaffirmé la responsabilité de chaque disciple dans la mission, nous mettrons en évidence quelques principes pour créer une culture d’évangélisation au sein de nos Églises et des pistes concrètes pour leur mise en œuvre.

Les questions suivantes seront abordées : Est-ce possible de voir chaque disciple faire des disciples ? Dieu attend-il la même chose de chaque chrétien dans l’évangélisation ? Faut-il distinguer un ministère particulier d’évangéliste et si oui quel rôle lui donner ? Par où commencer pour développer une culture « d’évangélisation ? »

6. Le travail et la carrière : par nécessité, pour mon épanouissement, ou pour la gloire de Dieu ?

Daniel Wittmann

Le mot travailler est chargé d’ambivalence. Nécessité vitale pour la plupart, peine voire supplice pour certains, mais aussi, parfois,  façon de se valoriser ou de simplement rester humains. En partant de la Genèse, mais aussi de nombreux  autres textes de l’Ancien et du Nouveau Testament, nous allons essayer de dégager une perspective chrétienne du travail dans ses nombreuses facettes, y compris celle, souvent délicate, des relations hiérarchiques. Puis nous en débattrons. Le lieu de travail n’est-il pas le lieu par excellence pour connaître le monde, y agir selon des valeurs chrétiennes, et y être en somme le sel de la terre et la lumière du monde ?

7. Prêcher les Écritures à la lumière de la théologie biblique

Pierre Constant

Nous entendons parler de plus en plus de lire et de prêcher les Écritures à la lumière de la théologie biblique, à la lumière de la révélation divine progressive et de l’histoire globale de la rédemption. Une telle approche aux Écritures n’est-elle que le reflet d’une nouvelle mode, passagère, ou possède-t-elle un mandat scripturaire ? Interpréter les divers textes bibliques selon leur localisation dans l’histoire du salut tient à l’évidence, pensons-nous, mais nos prédications peinent à se faire l’écho d’une telle approche.

Nous survolerons plusieurs exemples vétérotestamentaires de cette approche progressive et globale des Écritures. Nous analyserons ensuite plus précisément un exemple néotestamentaire présenté par Paul en Galates 3 et 4, où l’apôtre traite de la délicate question de la relation entre la loi, la foi, et la promesse. Suivront enfin quelques exemples, tirés d’autres textes néotestamentaires démontrant le bien-fondé biblique d’une telle approche, et destinés à nourrir à la fois notre compréhension et notre enseignement de l’Écriture.

8. Obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes : les implications éthiques de l’Évangile aujourd’hui

Étienne Lhermenault

Au nom d’une compréhension idolâtre de la liberté humaine, nos société occidentales ne se contentent plus de tolérer les péchés les plus vils mais vont jusqu’à inscrire dans la loi les dispositions les plus caractéristiques de la révolte de l’homme contre Dieu. C’est ainsi qu’eugénisme, euthanasie et union homosexuelle sont désormais parés de toutes les vertus et servent à discriminer les humanistes véritables des obscurantistes détestables. Et ce n’est pas là seulement une question de discours intellectuel, mais aussi de justice concrète. Puisqu’elles sont inscrites dans la loi, ces nouvelles « valeurs » s’imposent à tous les citoyens, y compris par le biais des tribunaux. Comme nous ne pouvons pas, et ne voulons pas, déconnecter notre foi de nos choix de vie, des heures difficiles nous attendent. Toute la question est de savoir comment nous allons résister aux diktats de la société et entrer dans une démarche de désobéissance civile qui honore le Seigneur.

9. Les débats autour de la relation entre Loi et Évangile

Matthieu Sanders

« Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir », affirme Jésus (Mt 5.17). « Mais maintenant nous avons été libérés de la loi, car nous sommes morts à ce qui nous retenait prisonniers, » écrit de son côté l’apôtre Paul (Rm 7.6). De la tension apparente entre ces affirmations bibliques (et d’autres) est né, parmi les héritiers de la Réforme, un débat parfois complexe sur le rôle du commandement divin dans la vie chrétienne. Aujourd’hui encore, on oppose souvent une position « luthérienne » qui estime que la Loi est avant tout un instrument de condamnation (légitime) de l’homme pécheur, qui le pousse à revenir sans cesse à la grâce ; et, à l’opposé, une position « réformée » qui affirme que la Loi joue un rôle important et positif pour la sanctification du racheté. Au-delà du débat théologique historique, souvent mal compris ou caricaturé, la question du rôle de la Loi dans la vie chrétienne comporte aujourd’hui comme hier des enjeux d’une grande importance. Après une brève présentation des positions historiques des réformateurs, nous chercherons, dans le cadre de cet atelier, à clarifier les termes du débat à la lumière des Écritures et à esquisser à son propos une approche biblique et pastorale fidèle.

Cette liste d’ateliers peut être modifiée et d’autres thèmes ajoutés